Assiette transgénique
Chromosomes en méthaphase
Chromosomes en méthaphase pour l'établissement d'un caryotype.

Les organismes génétiquement modifiés (OGM) sont sur le marché depuis quelques années déjà et les médias se déchaînent un peu tardivement sur les dérives constatées. Mais d'abord, qu'est-ce qu'un OGM ? C'est un organisme vivant (végétal en général mais aussi bactérien, etc...) auquel l'homme a artificiellement et dans un but orienté modifié la constitution du génome (l'ensemble des gènes) en ajoutant, supprimant ou modifiant certains gènes. Pourquoi fait-on cela ? Les besoins du marché et la rude concurrence commerciale qui sévit imposent des cadences que les organismes « naturels » ne peuvent plus assurer... Il est donc nécessaire, pour avoir une productivité encore meilleur, de modifier leurs capacités.

Les méthodes les plus couramment employées jusqu'à maintenant consistaient à utiliser à outrance des pesticides, insecticides et engrais. Ces produits polluent considérablement et modifient souvent de manière irréversible les écosystèmes. Certains agriculteurs (une minorité), soucieux de l'environnement, utilisent des méthodes non polluantes mais extrêmement coûteuses pour prendre soins de leurs exploitations (par exemple, le recours à des insectes inoffensifs pour la culture mais qui éliminent les parasites).

Dorénavant, on peut avancer la date de floraison, raccourcir la durée de maturité (pour limiter la durée du travail et la consommation d'eau), augmenter la surface des feuilles (pour une photosynthèse accrue)... en modifiant le génome des organismes concernés.

Résistance aux antibiotiques

Mais attention, les inconvénients existent et ils sont de taille ! En effet, lors des tests de laboratoire, les scientifiques introduisent, en plus du gène porteur de « meilleur qualité », un gène marqueur afin de vérifier que l'opération s'est déroulée correctement. Et voyez-vous, ce gène produit des protéines de résistance aux antibiotiques ! Cela serait sans conséquence sur l'homme si après la réussite des tests, lors du passage à l'étape de l'industrialisation de masse, ce gène marqueur était supprimé. Mais voilà, les généticiens l'on purement et simplement « oublié » (?!!!). Il y a de quoi prendre peur, qu'est-ce que je dirais moi, si mon chirurgien oubliait son scalpel dans mes intestins ! Bref, quoi qu'il en soit, ces protéines de résistance aux antibiotiques se retrouvent dans nos aliments et donc dans notre organisme. Et ainsi, les antibiotiques n'auront plus d'effet sur nous. Les grandes compagnies de l'agro-alimentaire comme par exemple Monsantro nous jurent que cette erreur a finalement été réparée, mais en attendant, tous les stocks « contaminés » (terme que certains trouveront peut-être un peu exagéré) sont et continuent d'être écoulés. Et tous ceux qui ont acheté des graines de maïs, de soja , etc. « contaminés » ne vont pas se ruiner à acheter de nouvelles graines « saines ». Et donc, la logique du profit, les contraintes économiques l'emportent encore une fois sur la santé des consommateurs.

Etiquetage
On nous cache tout, on nous dit rien

Le soja est l'un des tout premiers OGM mis sur le marché. On en fait des additifs pour plats cuisinés, gâteaux, chocolats, conserves... il y en a de partout. Et bien malheureusement pour le consommateur, il n'est pas précisé sur la liste des ingrédients que ces additifs appartiennent à grande famille des OGM (par contre, la législation commence tout juste à imposer l'indication de la nature du soja). Pourquoi les géants de l'agro-alimentaire « oublient » (décidément, c'est une manie) systématiquement d'indiquer la nature et la provenance réelle des divers produits entrant dans la composition des aliments qu'il nous font acheter ? Auraient-ils donc peur d'être boycottés ? Il est vrai que s'ils étaient honnêtes on n'aurait sans doute plus envie d'acheter leur marchandise... Certaines associations de consommateurs et organismes indépendants parlent de tromperie, voir même d'empoisonnement, pour les plus extrémistes. Sans toute fois aller jusque là, la volonté apparente de cacher des informations aux consommateurs est inquiétante ; que nous cachent-ils d'autre ? Les consommateurs, en attendant mangent sans le savoir des OGM qui peuvent atteindre très gravement leur santé (allergie, résistance aux antibiotiques) !

Les consommateurs réclament de la transparence. Ce n'est pas demain la veille ! Il va donc falloir se battre pour obtenir la liberté de choisir en toute connaissance de cause. A toute les époques il a fallut mener une véritable bataille pour obtenir et garantir les libertés qui nous sont légitimes, le combat n'est pas terminé.